carVertical

Technologies de sécurité automobile : comment vérifier qu’elles fonctionnent

Renata Liubertaitė

Renata Liubertaitė

Dans un monde où l'heure de pointe ressemble à un perpétuel arrêt au stand, les avancées technologiques continuent de jouer un rôle essentiel dans l'atténuation des risques et l'amélioration de la sécurité de tous les usagers de la route.

Examinons quelques-unes des plus grandes innovations en matière de sécurité automobile et apprenons comment vérifier qu’elles fonctionnent quand on achète une voiture d'occasion.

Les apparences peuvent être trompeuses !

Ne prends pas de risque avec ta sécurité - vérifie-la d'abord avec carVertical

Obtenir rapport

Technologies de sécurité automobile courantes dans les véhicules modernes

La plupart des voitures modernes sont équipées de dispositifs de haute technologie qui peuvent accroître ta sécurité sur la route et améliorer considérablement ton expérience de conduite.

Voici un aperçu rapide des technologies de sécurité automobile les plus courantes (en dehors des dispositifs évidents comme les ceintures de sécurité ou les airbags) que tu souhaiteras peut-être trouver dans la voiture que tu achètes.

Panneau de carte de technologie automobile Volkswagen
Source: Chris Kursikowski / Unsplash

Régulateur de vitesse adaptatif

Le régulateur de vitesse adaptatif (ou ACC pour Adaptative Cruise Control) est une technologie avancée d'aide à la conduite créée pour améliorer la sécurité du véhicule et le confort de conduite.

Alors que le régulateur de vitesse traditionnel permet à une voiture de maintenir une vitesse donnée sans intervention manuelle du conducteur, le régulateur de vitesse adaptatif, lui, peut également ajuster automatiquement la vitesse du véhicule pour maintenir une distance de sécurité par rapport à la voiture qui précède.

Cette technologie de sécurité automobile peut réduire considérablement le stress lorsque tu conduis dans les embouteillages et contribue à prévenir les collisions par l'arrière causées par l'inattention ou les réactions tardives des autres conducteurs. Cependant, tu dois toujours rester conscient de ton environnement, car l'ACC ne remplace pas l’action du conducteur.

Comment tester le régulateur de vitesse

Pour vérifier le système de régulateur de vitesse adaptatif, définis une vitesse et une distance de suivi spécifiques et observe si le système peut les maintenir de manière cohérente et s'adapter à la circulation.

Conduis ta voiture avec prudence derrière une autre voiture et observe la capacité du système à s'adapter à la situation sur la route. Le système doit accélérer ou décélérer le véhicule en douceur, voire l'arrêter si nécessaire. Étant donné que des mouvements brusques ou des retards peuvent indiquer un problème, il est recommandé de tester le régulateur de vitesse dans différentes conditions (trafic faible et intense, différentes vitesses, etc.).

Alerte de franchissement involontaire de ligne

La fonction première du système d'alerte de franchissement involontaire de ligne (AFIL) est d'alerter le conducteur lorsque son véhicule dévie de sa voie de circulation sans utiliser le clignotant. Généralement, les systèmes AFIL utilisent une caméra montée sur le rétroviseur ou près du pare-brise pour surveiller la position du véhicule dans la voie, mais ils peuvent également utiliser des capteurs embarqués, des radars, des GPS et des lasers.

Les systèmes d’alerte de franchissement de ligne peuvent envoyer différents types d'alertes, par exemple :

  • Visuelles, quand un voyant clignote sur le tableau de bord ou qu’une icône visuelle s’affiche sur les instruments de bord.
  • Auditives, généralement un signal sonore.
  • Haptiques, quand tu peux ressentir physiquement l'alerte, par exemple des vibrations au niveau du volant.

Dans l'ensemble, les systèmes AFIL constituent un outil précieux pour améliorer la sécurité routière en aidant les conducteurs à éviter ou réduire les situations potentiellement dangereuses.

Comment tester le système AFIL d’un véhicule

Pour tester le système d’alerte de franchissement de ligne, choisis une route où les marquages de voies sont clairs et conduis en respectant ces marquages tout en prêtant attention à la réponse du système. Une fois que tu es sûr d’être en sécurité, essaie de sortir de ta voie (ne touche pas au clignotant). Le système AFIL doit déclencher une alerte dès que tu franchis les marquages de la voie sans clignotant : c'est ainsi que tu sauras qu'il fonctionne correctement.

Avertisseur d’angle mort

L’avertisseur ou détecteur d'angle mort (parfois BSD pour Blind Spot Detection) permet de détecter et d'éviter les véhicules ou autres obstacles se trouvant dans l'angle mort du conducteur (zone qui n'est pas directement visible par le conducteur à travers les rétroviseurs ou les vitres). En d'autres termes, il utilise divers capteurs pour émettre des avertissements visuels ou sonores en cas de danger potentiel.

Emplacements des angles morts possibles d'un véhicule
Source: carVertical

Si les systèmes de détection des angles morts peuvent contribuer à réduire le nombre d'accidents et de collisions, il ne faut pas s'y fier aveuglément. Comme d'autres technologies similaires, ils peuvent générer de fausses alertes, en particulier dans des conditions météorologiques extrêmes ou lorsque les capteurs sont obstrués. Reste vigilant quoi qu'il arrive et continue à vérifier physiquement les angles morts si possible.

Comment tester le système de détection des angles morts

Pour tester le système BSD, choisis une route à plusieurs voies avec une circulation modérée. Avant de commencer, assure-toi de savoir comment le système signale les véhicules qui se trouvent dans ton angle mort : certains utilisent des alertes visuelles sur les rétroviseurs latéraux ou sur le montant « A » de la voiture, d'autres peuvent fournir des avertissements sur le tableau de bord ou afficher la vue d'une caméra en direct.

Le système de détection des angles morts utilise des caméras, des capteurs ou des radars pour t’avertir de la présence d'un autre véhicule. Il te suffit donc de l'activer et de commencer à conduire. Dès que le système BSD détecte un objet dans ton angle mort, il déclenche un signal t’avertissant qu'il n'est pas prudent de changer de voie.

Systèmes anti-collision frontale

Les systèmes anti-collision frontale (également appelés avertisseurs de collision frontale ou systèmes d’évitement des collisions) peuvent émettre des alertes visuelles, sonores ou autres lorsque ton véhicule s'approche d'un obstacle, par exemple des passagers, une voiture roulant plus lentement ou une voiture arrêtée devant toi.

Comme les autres systèmes avancés d'aide à la conduite (ADAS pour Advanced Driver Assistance System), le système anti-collision frontale utilise divers capteurs pour surveiller la route et déterminer s'il y a un risque de collision. Il prend en compte des facteurs tels que la vitesse des véhicules impliqués, la vitesse de rapprochement relative et la distance entre les objets pour guider le conducteur.

Comment tester un système anti-collision frontale

Vérifier un système anti-collision frontale peut se faire selon divers scénarios qui permettent d'évaluer la capacité du système à détecter un danger potentiel et à t’alerter ou intervenir pour l'éviter. Il est important de noter que la vitesse minimale à laquelle ce système est activé peut varier d'un véhicule à l'autre. Il faut donc bien consulter le manuel de l'utilisateur avant de tirer des conclusions hâtives (en général, cette vitesse est de 15 à 30 km/h).

Une fois que tu es prêt, cherche une route vide sans circulation (ou par exemple, un parking vide). Place un objet immobile, tel qu'un panneau en mousse ou une boîte en carton, à une distance sûre devant ton véhicule. Commence à rouler vers l'objet à une vitesse modérée, mais assure-toi de disposer d'une distance suffisante pour t’arrêter en toute sécurité en cas de défaillance du système.

À l'approche de l'obstacle, sois attentif à la réaction du système. Il doit t’avertir du risque de collision par des alertes visuelles ou sonores ou enclencher le freinage automatique, en fonction de la manière dont il fonctionne.

Freinage automatique d’urgence

Le système de freinage automatique d'urgence (AEB pour Automatic Emergency Braking) est souvent associé aux systèmes anti-collision frontale, car il analyse également la route devant toi pendant que tu conduis et t’avertit en cas d'obstacle sur la route.

La différence entre ces deux systèmes est que si tu ne réagis pas aux avertissements et que tu n'agis pas dans une situation critique, le système AEB peut automatiquement commencer à freiner ta voiture ou même l'arrêter afin d'éviter un accident potentiel ou d'en réduire la gravité.

Comment tester le freinage automatique d’urgence

Comme pour le système anti-collision frontale, l’efficacité du système de freinage automatique d’urgence peut être testé en plaçant une cible souple dans un parking vide. Ensuite, commence à rouler vers l'obstacle à une vitesse sûre et contrôlée, en t’assurant que tu peux stopper manuellement la voiture si nécessaire.

À l'approche de l'obstacle, le système AEV doit le détecter et déclencher le freinage automatiquement. Avant d’utiliser les freins, le système peut également t’avertir par des signaux visuels ou sonores.

Systèmes anti-blocage des roues

Le système antiblocage des roues (ABS pour Antiblokiersystem) est devenu un dispositif de sécurité courant et l'un des plus importants sur les voitures modernes. Il empêche les roues de se bloquer lors d'un freinage brusque.

Sans ABS, le fait d'appuyer sur la pédale de frein entraîne une forte pression des plaquettes de frein sur les disques des roues et empêche instantanément les roues de tourner, ce qui les bloque. Dans une telle situation, il n'est plus possible de diriger le véhicule, qui continue à se déplacer de manière incontrôlée.

Lorsque l'ABS détecte qu'une roue est sur le point de se bloquer, il réduit temporairement la pression de freinage sur cette roue, ce qui lui permet de retrouver de l'adhérence. Les roues continuant à tourner, le conducteur peut garder le contrôle du véhicule en cas de freinage brusque.

Comment tester l’ABS

Trouve un endroit sûr, sans circulation ni danger ou obstacle, pour effectuer le test du système ABS. Assure-toi de connaître le fonctionnement de l'ABS dans la voiture que tu testes. En règle générale, le système ABS est toujours actif, sauf en cas de dysfonctionnement indiqué par un voyant sur le tableau de bord.

Commence le test en accélérant le véhicule jusqu'à une vitesse modérée. Une fois prêt, appuie fermement et régulièrement sur la pédale de frein pour amorcer une manœuvre de freinage brusque et contrôlé.

Lorsque tu as des freins ABS, il est tout à fait normal de ressentir une sensation de pulsation ou de vibration lors d'un freinage d'urgence. Le frein peut même te résister. Continue à appuyer sur la pédale de frein tout en tournant doucement le véhicule, car l'ABS te permet de garder le contrôle de la direction pendant le freinage. Pour évaluer l'efficacité de l'ABS dans différents scénarios, répète le test de freinage contrôlé à différentes vitesses.

Caméras de recul

Caméra de recul dans le moniteur de bord de la voiture
Source: RYosha / Shutterstock

Les caméras de recul permettent aux conducteurs d'avoir une vision plus claire de la zone située derrière leur véhicule lorsqu'ils sont en marche arrière. Le conducteur peut voir une vidéo en direct sur l'écran intégré au tableau de bord, au système d'infodivertissement ou au rétroviseur, ce qui lui permet de mieux diriger le véhicule et d'éviter les obstacles lorsqu'il recule.

Les caméras de recul sont placées dans ou près de la poignée du coffre, du cadre de la plaque d'immatriculation ou d'un autre endroit similaire. Elles sont équipées d'objectifs grand angle pour capturer une vue plus large de la zone située derrière le véhicule ; certaines d'entre elles peuvent également être dotées de fonctions telles que la sensibilité à la faible luminosité ou la vision nocturne pour améliorer la visibilité dans l'obscurité.

Comment tester les caméras de recul

Tester une caméra de recul est une tâche simple qui ne nécessite pas de conditions particulières. Dans la plupart des voitures, les caméras de recul s'allument automatiquement lorsque le contact est mis. Pour que la caméra fonctionne, engage la marche arrière. Tu dois pouvoir voir l'image de la caméra sur l’écran.

Vérifie la vue, en t’assurant que l'image est claire et sans distorsion ou flou. Il est préférable d'essayer dans différentes conditions d'éclairage. Tu peux également placer divers objets dans le champ de vision de la caméra pour vérifier l'angle de la caméra et voir si ces objets sont visibles sur l'écran.

La plupart des caméras de recul disposent également de lignes directrices qui aident à se garer. Vérifie donc si elles s'affichent correctement et se déplacent en conséquence lorsque tu tournes le volant. Si tu as l'impression que quelque chose ne va pas, recherche des signes visibles de saleté ou de dommages sur l'objectif de la caméra qui pourraient obstruer la vue.

Feux adaptatifs

Contrairement aux phares standard, les phares ou feux adaptatifs ne sont pas fixés dans une seule position et peuvent ajuster automatiquement la direction et l'intensité de la lumière en fonction de divers facteurs, tels que l'angle de braquage, la vitesse du véhicule et l'état de la route.

Leur principal objectif est d'améliorer la visibilité et la sécurité lors de la conduite dans l'obscurité ou dans des conditions de faible luminosité en éclairant la route plus efficacement, en particulier dans les courbes et les virages. Alors que les phares standard éclairent directement devant toi, les phares adaptatifs peuvent changer de direction et éclairer la trajectoire que le conducteur s'apprête à prendre.

Comment fonctionnent les phares adaptatifs d'une voiture
Source: carVertical

Comment tester les feux adaptatifs

Ta priorité doit être de tester les feux adaptatifs dans différentes conditions (obscurité, routes sinueuses, obstacles) afin de vérifier leur capacité de réaction.

Par exemple, tu peux garer la voiture face à un mur, allumer les phares et tourner lentement le volant. Les phares doivent s'orienter de manière à éclairer la zone où la voiture tourne.

Lorsque tu prends un virage, observe si les phares s'ajustent pour offrir une meilleure visibilité dans la direction du virage. Vérifie aussi s'ils ajustent leur portée et leur intensité en fonction de ta vitesse, en particulier à grande vitesse.

Dans le même temps, surveille le tableau de bord pour voir s'il y a des voyants ou des messages d’erreurs liés aux feux adaptatifs. Si des avertissements apparaissent, cela peut indiquer un dysfonctionnement qui nécessite une attention particulière.

Système de contrôle de la pression des pneus

Une pression correcte des pneus est essentielle pour conduire en toute sécurité. Des pneus sous-gonflés peuvent entraîner une diminution de la traction, des distances de freinage plus longues et un risque accru de dérapage ou d'aquaplanage sur chaussée mouillée. En revanche, des pneus sur-gonflés peuvent réduire la stabilité et la maniabilité du véhicule.

Heureusement, le système de contrôle de la pression des pneus (ou TPMS pour Tire Pressure Monitoring System) peut t’aider à t’assurer que tout est intact.

Comme chaque pneu est équipé d'un capteur de pression qui mesure en permanence la pression du pneu, le système TPMS peut fournir des informations en temps réel au conducteur. Par exemple, si le système détecte que la pression d'un ou de plusieurs pneus est inférieure à un seuil spécifique, il active un voyant d'avertissement sur le tableau de bord.

Il incombe alors au conducteur de vérifier et d'ajuster la pression des pneus sur la base de l'avertissement fourni, car le système n'est pas capable de le faire lui-même.

Comment tester le système de contrôle de la pression des pneus

Pour tester le système de contrôle de la pression des pneus, simule une basse pression des pneus en dégonflant légèrement un ou plusieurs pneus en dessous du niveau recommandé. Tu peux utiliser un manomètre pour mesurer la pression avec précision.

Ensuite, conduis la voiture sur une courte distance (environ 10 minutes) à faible vitesse pour permettre au système TPMS de détecter le changement de pression et attends que le voyant d'avertissement s'allume sur le tableau de bord. Certaines voitures affichent la pression de chaque pneu, vérifie donc si la pression réduite s'affiche correctement pour le(s) pneu(s) concerné(s).

N'oublie pas de regonfler les pneus aux niveaux recommandés avant de prendre la route.

Conseils généraux pour vérifier les technologies de sécurité quand tu achètes un véhicule d'occasion

Véhicule électrique Hyundai sur borne de recharge EV au parking
Source: Hyundai Motor Group / Unsplash

Renseigne-toi sur le modèle

Avant de rencontrer le vendeur, fais des recherches sur la marque et le modèle de la voiture pour savoir quels sont les dispositifs de sécurité dont elle doit être équipée. Tu sauras ainsi à quoi t’attendre lors de l'inspection.

En général, tu peux trouver ces informations sur le site web du fabricant ou consulter le manuel du propriétaire en ligne. Ces ressources devraient te fournir des informations complètes sur les caractéristiques du véhicule, y compris les technologies de sécurité.

Inspection visuelle

La plupart des capteurs et des caméras de sécurité sont situés sur la calandre, le pare-chocs arrière ou les rétroviseurs. Vérifie donc ces endroits au moment de l'inspection visuelle de la voiture. Cherche des signes de dommages ou autres qui peuvent indiquer un problème avec l'un des systèmes.

N'oublie pas non plus de vérifier l'intérieur. Regarde si les voyants d'avertissement ou les indicateurs liés aux dispositifs de sécurité s’activent. Si l'un d'entre eux est allumé, demande au vendeur ce qu'il en est. Vérifie les boutons, les interrupteurs ou les molettes liés à la technologie de sécurité du véhicule et assure-toi qu'ils sont fonctionnels et réactifs.

Essai sur route

Un essai sur route te permettra d'acquérir une expérience pratique et de vérifier si tous les dispositifs de sécurité fonctionnent comme ils le devraient. Par conséquent, renseigne-toi sur ces dispositifs avant de monter dans la voiture, car ces connaissances peuvent t’aider à te concentrer sur des aspects spécifiques de la sécurité pendant ton essai routier.

Une fois dans la voiture, essaye de te faire une idée du fonctionnement de certains dispositifs dans des conditions réelles. Par exemple, simule un scénario dans lequel le système de freinage d'urgence automatique se déclenche à l'approche d'un objet immobile. Assure-toi que le véhicule est sûr !

Rapport sur l’historique du véhicule

Un rapport sur l'historique du véhicule peut fournir des informations précieuses sur les caractéristiques de la voiture, les accidents précédents, le propriétaire, le kilométrage, etc. Quand tu achètes une voiture d'occasion, il est essentiel de vérifier son historique pour mieux comprendre son état général, mais cela peut aussi t’aider à mettre en lumière d'éventuels problèmes liés aux caractéristiques de sécurité.

rapport d'historique du véhicule, dossiers de dommages, dommages graves
Source: carVertical

Dans ce cas, regarde la section des dommages, car elle peut révéler si la voiture a été impliquée dans un accident grave. Si la plupart des dommages visibles ont été réparés, les accessoires de sécurité peuvent avoir été endommagés ou remplacés. En sachant cela, tu peux poser des questions et en savoir plus sur l'état actuel de certaines fonctions.

Pour obtenir un rapport sur l'historique du véhicule, tu dois connaître son numéro d'identification (VIN). En général, tu le trouveras sur le tableau de bord intérieur du côté du conducteur, sur le cadre de la porte ou même sur l’annonce automobile. Entre-le dans un décodeur de VIN pour en savoir plus sur le passé du véhicule.

Vérifie ton VIN

Évite les problèmes coûteux en vérfiant l'historique d'un véhicule. Obtiens un rapport instantanément !

Sélectionne ton mode de saisie entre un numéro VIN et une plaque d'immatriculation

Inspection par un professionnel

Bien entendu, rien ne vaut une inspection par un mécanicien ou un technicien professionnel avant l’achat. Cet expert peut vérifier minutieusement les systèmes de la voiture et confirmer (ou infirmer) que tous les dispositifs et technologies de sécurité sont en bon état de fonctionnement. Cela inclut notamment les airbags, le contrôle de la stabilité, les freins antiblocage et d'autres caractéristiques des systèmes avancés d'aide à la conduite.

Si l'inspection professionnelle révèle des problèmes, tu peux également utiliser ces informations pour négocier le prix d'une voiture d'occasion.

Évolution des technologies de sécurité dans les voitures

La technologie de sécurité des véhicules a beaucoup évolué depuis l'apparition des premières voitures. Les véhicules étaient alors encombrants et difficiles à contrôler. En outre, il s'agissait de quelque chose de totalement nouveau auquel les gens n'étaient pas habitués, ce qui a naturellement entraîné de nombreux accidents.

Les constructeurs ont donc été contraints d'apporter des modifications et d'améliorer la sécurité de tous.

Première voiture tricycle
Source: Javier Jaimie / Shutterstock

Début des années 1900

Le balai d'essuie-glace manuel (breveté sous le nom de « Window-Cleaning Device ») a été l'un des premiers dispositifs de sécurité automobile mis au point en 1903. Il a été créé par une femme du nom de Mary Anderson après qu’elle ait été confrontée à des conditions météorologiques difficiles lors d'un trajet en tramway à New York.

Elle pensait qu'il était absurde que le conducteur du tramway doive passer sa tête à l'extérieur pour voir la route, ce qui créait également un certain inconfort pour les passagers.

Bien que le manque de praticité ait joué un rôle important dans d'autres inventions (les balais d'essuie-glace ont été rapidement suivis par les rétroviseurs, les vitres de sécurité et un bras de signalisation automatique pour indiquer la direction de la voiture), le développement continu de ces caractéristiques a eu un impact significatif sur la sécurité routière.

Les années 50

Au cours des années 1950, plusieurs inventions cruciales ont vu le jour, qui figurent toujours parmi les principaux dispositifs de sécurité des voitures modernes.

Par exemple, en 1951, Walter Linderer a créé l'airbag qui devait être déclenché par le conducteur ou par contact avec le pare-chocs de la voiture. Il n'est devenu une norme qu'en 1999, et depuis lors, les airbags n'ont cessé d'évoluer pour gagner en efficacité. Sur une période de 30 ans (1987-2017), cette invention a permis de sauver plus de 50 000 vies, selon la NHTSA.

La ceinture de sécurité à trois points d'ancrage, conçue par Nils Bohlin, qui travaillait chez Volvo, est une autre invention essentielle. En ajoutant une sangle sur l'épaule, Bohlin a amélioré la simple sangle abdominale qui existait auparavant, offrant ainsi une protection supplémentaire aux passagers. Aujourd'hui encore, il s'agit de l'un des dispositifs de sécurité automobile les plus efficaces jamais créés.

Les faits marquants des 50 années suivantes

Au cours de cette période, non seulement de nombreux autres dispositifs de sécurité essentiels ont été introduits, mais certains d'entre eux ont finalement été rendus obligatoires par la loi. Depuis 1968, tous les véhicules à moteur doivent être équipés de feux de position latéraux, de colonnes de direction pliables, de ceintures de sécurité à l'avant et d'appuis-tête permettant d'atténuer les blessures par coup du lapin.

Dans les années 1990, les véhicules ont commencé à être équipés d'un plus grand nombre de systèmes électroniques, notamment des systèmes de protection contre les chocs latéraux, des systèmes d'assistance au freinage et des systèmes électroniques de contrôle de la stabilité. Ce dernier était et est toujours essentiel pour maintenir le contrôle du véhicule et prévenir les mouvements extrêmes.

Questions fréquemment posées

Renata Liubertaitė

Articles par

Renata Liubertaitė

Renata est une rédactrice avec plus de 8 ans d'expérience dans l'édition, le marketing et les entreprises SaaS. En écrivant dans de nombreux domaine et en couvrant des sujets très techniques, elle a appris à transformer les choses complexes en quelque chose de compréhensible pour tout le monde. Lorsqu'elle n'écrit pas pour carVertical, elle aime passer du temps sur ses projets de bricolage et faire des sorties à vélo spontanées.